Il court, il court, le furet… – M.J Arlidge

Southampton, quartier rouge. Le corps d’un homme est dĂ©couvert. Atrocement mutilĂ©, le coeur arrachĂ©. Peu de temps aprĂšs, un colis est dĂ©posĂ© au domicile de la victime. Sur un Ă©crin de journaux, repose… son coeur. BientĂŽt, un autre corps est retrouvĂ©. MĂȘme mise en scĂšne macabre. La peur s’empare de la ville. Pain bĂ©nit pour les tabloĂŻds, le tueur en sĂ©rie est bientĂŽt comparĂ© Ă  Jack l’Éventreur. Pourtant, ce ne sont pas les prostituĂ©es qui sont visĂ©es mais leurs clients. Les victimes, des hommes en apparence bien sous tout rapport, frĂ©quentaient tous en secret les bas-fonds de la ville. Le commandant Helen Grace est chargĂ©e de l’enquĂȘte. Le tueur est dĂ©chaĂźnĂ©. À elle de l’arrĂȘter avant qu’il ne frappe Ă  nouveau.

On a beau en avoir vu des vertes et des pas mûres,
on ne s’habitue jamais Ă  la violence.

AprĂšs avoir eu un coup de cƓur pour AM STRAM GRAM, j’avais hĂąte de retrouver le commandant HĂ©lĂšne Grace dans une nouvelle affaire.

À Southampton, une sĂ©rie de meurtres ne cesse d’accroĂźtre. En effet, plusieurs hommes sont retrouvĂ©s morts, le torse ouvert en deux et leur cƓur arrachĂ©. Ce dernier est envoyĂ© dans un colis aux proches de la victime. Leur lien ? Ils frĂ©quentaient tous en secret des prostituĂ©es. Le commandant Helen Grace va tout faire pour stopper les meurtres et arrĂȘter le ou la coupable.

Une fois de plus on est happĂ© par l’intrigue du roman. On retrouve les personnages du tome 1 aprĂšs les Ă©vĂ©nements dramatiques qui se sont dĂ©roulĂ©s dans AM STRAM GRAM. C’est pourquoi, il est essentiel, selon moi de suivre l’ordre chronologique des tomes.

HĂ©lĂšne a Ă©tĂ© profondĂ©ment marquĂ©e par le drame du tome 1 et l’agent Charlie Ă©galement. Elles essayent toutes deux de reprendre leurs postes en essayant de ne pas baigner dans le passĂ©.

Le rythme et le suspense nous imprĂšgnent tout au long du rĂ©cit. Nous dĂ©couvrons Ă  travers les yeux d’HĂ©lĂšne les massacres de ces hommes, qui, certes Ă©taient des menteurs auprĂšs de leurs Ă©pouses, mais qui ne mĂ©ritaient pas pour autant d’ĂȘtre torturĂ©s Ă  mort.

L’alternance des points de vue nous permet d’en apprendre plus sur les pensĂ©es des personnages et leurs ressentis. L’auteur nous peint l’envers du dĂ©cor du proxĂ©nĂ©tisme et du cauchemar que vivent les prostituĂ©es qui baignent dans la violence, la drogue, les agressions et les humiliations.

J’ai passĂ© un trĂšs bon moment de lecture. L’auteur a su une fois de plus me surprendre sur l’identitĂ© du tueur que je n’avais pas vu venir. Nous avons de nombreuses pistes qui nous induisent en erreur. Un roman haletant.

2 réflexions sur “Il court, il court, le furet… – M.J Arlidge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s