Un(e)secte – Maxime Chattam

Et si tous les insectes du monde se mettaient soudainement à communiquer entre eux ? À s’organiser ? Nous ne survivrions pas plus de quelques jours. Entre un crime spectaculaire et la disparition inexpliquée d’une jeune femme, les chemins du détective Atticus Gore et de la privée Kat Kordell vont s’entremêler. Et les confronter à une vérité effrayante. Des montagnes de Los Angeles aux bas-fonds de New York, un thriller implacable et documenté qui va vous démanger.

Les insectes ont toujours suscité la curiosité de l’humanité, vous savez, parfois même une sorte de dévotion. C’est un monde parallèle au nôtre, bien plus vaste ! Et complexe. Avec ses espèces qui cohabitent placidement en s’ignorant, celles qui s’entraident, celles qui se livrent des guerres sans pitié…Très proches de nos sociétés pour certaines.

Cela faisait longtemps que j’avais envie de découvrir la plume de Maxime Chattam et c’est chose faite grâce à une lecture audio angoissante.

Atticus Gore, détective, fait face à des cadavres dans des états de décomposition plus que surréaliste. En effet, les corps des morts ont des milliers de traces de morsures, piqûres et semblent avoir été dévorés de l’intérieur en quelques heures. Atticus n’a jamais vu de telles horreurs dans sa carrière. Kat Kordell est une privée, elle est engagée par une mère inquiète suite à la disparition de sa fille. En enquêtant, Kat va faire face à l’impensable et va mettre sa vie en danger pour sauver une adolescente perdue. Atticus et Kat vont voir leur enquête se rejoindre, et ils ne s’attendent pas à vivre un enfer.

Les personnages sont attachants, surtout Kat. J’ai admiré cette femme qui est très courageuse et ne baisse pas les bras même face à la peur. C’est avec plaisir que j’aimerais retrouver Atticus et Kat dans une nouvelle enquête.

Une lecture angoissante à souhait. Maxime Chattam nous plonge dans certaines de nos phobies. Plus d’une fois je me suis grattée la peau car j’avais la sensation d’avoir plein d’insectes sur moi (l’horreur). On dit souvent « les petites bêtes ne mangent pas les grosses », mais quand elles sont des milliers, ça fait réfléchir. L’auteur met le doigt sur un sujet d’actualité et dévoile à quel point de petits insectes peuvent causer des abominations. Le titre du roman est tout simplement parfait !

J’ai adoré cette lecture qui m’a beaucoup angoissé. L’intrigue est prenante même s’il y a parfois un peu de longueur. Plus on avance dans l’histoire et plus on a l’impression d’avoir plein d’insectes sur nous. Sensation garantie avec cette lecture qui fait froid dans le dos !

Publicité

Une réflexion sur “Un(e)secte – Maxime Chattam

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s