The Legend of Sleepy Hollow – Washington Irving

21979330_10214778982570906_584213113_n.jpgRésumé

A la fin du XVIIIe siècle, un vallon ensommeillé sur les bords de l’Hudson où vit une paisible communauté d’origine hollandaise… La légende qui s’y colporte d’un fantômatique cavalier furieux vient à menacer la quiétude de ses habitants. On raconte qu’il décapite dans sa course folle tous ceux qu’il rencontre, et lui-même serait sans tête…

Extrait

Il aurait ainsi vécu une vie agréable, malgré le démon et ses multiples agissements, si son chemin n’avait croisé celui d’une créature qui entraîne généralement plus de perplexité chez les mortels que les fantômes, les lutins, et les sorcières de tout poil réunis, je veux parler… d’une femme.

Mon avis

Je remercie l’entreprise YESBOOK de m’avoir permis de découvrir cette histoire en version originale. J’ai pu me plonger dans l’univers avec la plume de l’auteur. Si j’ai voulu découvrir cette nouvelle c’est bien évidemment parce que j’ai adoré le film de TIM BURTON et j’avais envie de lire la véritable histoire qui a inspiré son film.

Ichabod Crane est un jeune enseignant originaire du Connecticut qui adore lire des récits fantastiques de fantômes, de sorcières et de revenants. Il travaille dans la petite bourgade du Val Dormant (Vallon Endormi, Sleepy Follow) où il afflue beaucoup d’histoires étranges sur des phénomènes surnaturels. Selon Washington Irving, ce serait un docteur allemand ou un chef amérindien qui aurait jeté un sort sur Sleepy Hollow, conduisant ses habitants à avoir toutes sortes d’hallucinations. Ichabod Crane va faire la rencontre de la belle Katrina Van Tassel, fille du riche fermier Van Tassel. Elle est courtisée par de nombreux prétendants tels que Brom Van Brunt. À la suite d’une réception donnée par Van Tassel, Ichabod se retrouve pourchassé par le Cavalier sans tête supposé être le fantôme d’un mercenaire hessois décapité par un boulet de canon pendant la guerre d’indépendance des États-Unis. Ichabod Crane disparaît et personne ne sait s’il est vivant ou mort.

Il est clair que l’oeuvre est bien différente de l’adaptation de Tim Burton. Pour ceux qui ont aimé le film, vous pourriez être déçu, car l’histoire est racontée à la manière d’un conte. Dans le film, le cavalier sans tête est bien réel, alors que dans l’oeuvre, il s’agit d’une légende pour effrayer les habitants du Val Dormant.

L’écriture est très descriptive et visuelle. On arrive facilement à imaginer et ressentir l’ambiance du village avec ses habitants bercés depuis toujours dans des histoires de fantômes. J’ai parfois trouvé le récit long, car trop de descriptions entraînent parfois un manque d’actions et j’aurais aimé que l’histoire soit plus trépidante. Néanmoins, la fin est originale, car elle nous permet de laisser libre cours à notre imagination quant à savoir si Ichabod Crane a été victime du cavalier sans tête. J’ai aimé découvrir cette nouvelle, mais j’ai préféré le film de Tim Burton qui transforme cette légende en réalité. Ma note2.5


Yesbook-Logo-V2.jpg


 

Publicités

2 réflexions sur “The Legend of Sleepy Hollow – Washington Irving

  1. Pingback: Année 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s