Promenez-vous dans les bois : pendant que vous êtes encore en vie – Ruth Ware

Capture d’écran 2016-08-20 à 10.07.34.jpgRésumé

Il était une fois une maison en verre perdue au fond des bois. Quatre filles. Un garçon. Et une future mariée. Qui se mirent à jouer à « Action ou Vérité ». La Vérité ? Un mensonge. L’Action ? Un meurtre. L’invitation arrive un matin dans sa boîte mail. Dix ans que Nora ne l’a pas vue, et pourtant, elle se rend à cet enterrement de vie de jeune fille, d’une ex-amie devenue une inconnue. Une seule certitude : la pire erreur de sa vie. 

Extrait

Je cours. Je cours dans les bois à la lueur de la lune, les branches déchirent mes vêtements et mes pieds s’accrochent dans les fougères lourdes de neige. Les ronces entaillent mes mains. Mon souffle râpe ma gorge. J’ai mal. Tout est douloureux.

Mon avis

J’ai tout de suite été attirée par le résumé de ce roman qui me promettait une histoire digne d’un film d’horreur. Le stress est présent, mais pas au point d’être palpitant.

Nora, jeune femme de 26 ans, vit paisiblement à Londres entourée de ses habitudes entre écrire ses romans et aller courir. C’est alors qu’elle reçoit un mail étrange d’une jeune femme nommée Flo qui lui propose de participer à l’enterrement de vie de jeune fille de son ancienne meilleure amie : Clare. Cela fait 10 ans que Nora n’a pas revu son amie et elle ne comprend pas pourquoi après tout ce temps, celle-ci l’invite à cette fête. C’est alors que Nora va quand même décider de se rendre à cet enterrement accompagnée de son amie Nina, une jeune femme au tempérament explosif qui ne mâche pas ses mots quand elle s’exprime. Elles vont passer quelques jours dans une grande maison perdue au coeur de la forêt et qui possède de grandes baies vitrées qui exposent ses occupants aux regards des autres. Toutes deux savent que ce week-end promet d’être particulier et ennuyeux, mais ce qui les attend et loin d’être à la hauteur de leurs pires cauchemars.

J’ai tout de suite été prise dans l’histoire grâce à l’écriture de l’auteur qui m’a transporté dans son univers. J’ai été intriguée par les secrets que l’on nous cache tout au long de l’histoire et j’avais hâte qu’ils me soient révélés pour dénouer le vrai du faux. Cependant, l’auteur a souhaité nous procurer une histoire étalée sur deux périodes, à savoir, le présent et le futur. On suit Nora qui essaye de se souvenir de ce qu’il s’est passé durant cet affreux week-end, puis Nora au coeur de la maison de verre. Les personnages sont tous plus fous les uns que les autres et je ne me suis attachée à aucun d’eux. On a Nora qui est très bizarre et qui cache un secret qui finalement, ne m’a pas laissé sans voix, car je l’ai trouvé quelque part banal. Puis Nina, l’ami que je n’aimerai pas avoir, car même si elle a un franc parlé elle se montre très blessante envers ses amis. Tom, le personnage qu’on ne comprend pas vraiment pourquoi il est là finalement. Flo, la nouvelle meilleure amie de Clare qui remporte la médaille de la femme sans personnalité et complètement folle. Et pour finir, Clare, celle qui se dit l’amie de tout le monde, mais qui finalement ne pense qu’à elle. Quel beau tableau de personnages solitaires et fous, n’est-ce pas ?! Et vous savez quoi ? c’est justement ces personnages que j’ai adorés. Pour une fois, on éprouve aucune empathie pour eux et on se contente de juger leurs choix et leurs vies. Tout au long du roman on renvoie la balle de l’accusation sur chacun d’eux, car tous sont suspects.

J’ai apprécié ma lecture malgré quelques détails qui m’ont chagriné. Par exemple, je trouve dommage d’avoir attribué à Nora un secret qui se promettait d’être “énorme“ pour finalement être platonique. Je m’attendais à quelque chose de surprenant et j’ai été déçu par cette révélation au point de trouver que le personnage en faisait tout un plat pour pas grand-chose. Je m’attendais également à ce qu’il y est un carnage ou au moins plusieurs meurtres, et ce ne fut pas le cas. Il s’agit surtout d’un roman policier essentiellement centré sur un seul meurtre. Par contre, j’ai apprécié les fausses pistes que nous sème l’auteur au sein de notre tête au point de se demander si le fantastique ne va pas être mêlé à l’histoire. En général, j’ai passé un bon moment de lecture, mais l’histoire ne m’a pas éblouie comme je m’y attendais.

Ma note3.5

Publicités

8 réflexions sur “Promenez-vous dans les bois : pendant que vous êtes encore en vie – Ruth Ware

  1. Pingback: Année 2016
  2. Pingback: Un genre par mois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s